La bataille des repas

En bonne française, les repas revêtent une importance capitale chez moi. Ce sont des moment de partage, de plaisir et d’échange.

Enfin ça c’était avant. En ce moment, ce n’est pas trop l’harmonie, mais plutôt un champ de bataille.

Un champ de bataille de nourriture lancée, recrachée qui finit inévitablement par s’écraser sur mes rideaux blanc (mais pourquoi j’ai des rideaux blancs avec un enfant ???) ou sur mes chaises de salle à manger en tissus (mais pourquoi des chaises en tissus avec un enfant ???) .

Nous n’avons pas de cuisine dînatoire et prenons tous nos repas dans le salon-salle à manger. Je ne vous raconte pas l’état du tapis. Et oui, j’ai un tapis sous la table. Des tapis partout d’ailleurs puisque la voisine du dessous ne comprend pas que ma fille ne marche pas sur la pointe des pieds pour ne pas la gêner.

Bref, revenons à nos moutons. Les repas en ce moment sont sujet à tensions alors que je souhaiterai qu’ils soient des moments de retrouvaille et de partage après une journée de travail.

Je rentre à 19h 45, fais réchauffer le repas préparé la veille ou balance des pâtes dans la casserole, selon les jours et mon degré d’organisation.

Nous passons à table vers 20h-20h15. Certains soir, et ils sont peu nombreux, rien à dire.

Mais la plupart du temps, ça part en eau de boudin.

Ma fille balance sa nourriture par terre (ou sur les rideaux ! ;)), recrache une bouchée alors qu’elle avait à peu près bien mangé jusque-là. Renverse son verre  en me regardant bien dans les yeux ou nous arrose de yaourt. Et parfois refuse tout simplement de manger, ce qui est encore pire pour moi.

Je crois que nous avons tout essayé : expliquer les règles avant le repas, méthode douce, mettre au coin, réexpliquer, mettre dans la chambre, la faire nettoyer, féliciter quand elle fait bien.

J’essaie de faire en sorte que les repas ne deviennent pas source de tension afin de ne pas tomber dans un cercle vicieux, mais j’ai de plus en plus de mal à tolérer la situation. Les journées sont longues et mes réserves de patience plutôt limitées à ce moment. Je peine à garder mon calme et j’ai parfois besoin de m’isoler en plein milieu du repas. Pour la convivialité, on repassera. Les conversations avec mon mari sont quasi-inexistantes et nous sortons de ces repas complètement crevés, à force de nous contenir ou de nous énerver selon les soirs, et filons directement au lit en général.

Les soirées ne sont donc pas très paisibles en ce moment chez nous et ce depuis plus de six mois.

Je ne me fais pas d’illusions, je crois être en partie responsable de la situation, j’arrive crevée, la petite demande de l’attention, mon mari rentre systématiquement après moi et je dois souvent gérer la situation seule, en sachant que je ne suis pas très patiente de nature.

Alors, j’en appelle à la solidarité blogesque… avez-vous vécu le même situation ? Quels sont vos astuces pour que la situation ne dégénère pas ? Comment faire des repas du soir de vrais moment de convivialité ?

 

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « La bataille des repas »

  1. Oui, les repas c’est rarement le calme! Je crois aussi qu’effectivement, bien souvent ça vient du fait qu’on n’est speed nous mêmes – le soir, c’est réglé au chrono, bain-preparation du repas-repas-toilette-pyjama-livres, du coup on court partout, on n’est pas hyper attentifs. Et quand on mange, on voudrait que ce soit convivial, mais avec des enfants encore petits et la pression qui met du temps à retomber, c’est bien souvent la cata! Surtout si comme moi aussi, tes enfants ne sont pas des gros mangeurs et que tu daignes leur faire des trucs chelous genre, des légumes. Trop dure leur vie…
    Je peux pas trop t’aider sur ce coup là parce que c’est un peu pareil chez moi, avec en plus 2 minettes qui se ralentissent et s’énervent l’une l’autre à coup de grimaces et de répétitions!

    J'aime

    1. Ils nous vendent du rêve sur les repas du soir dans les séries américaines mais dans la vraie vie c’est chaud ! dommage car c’et un des seule moment de la journée ou tout la famille se retrouve, c’est d’autant plus frustrant !

      J'aime

  2. Hello ! Quel âge à ta fille déjà ? Chez nous on a commencé les repas en semaine tous ensemble cette année. Avant c’était trop dur. Et encore, souvent les filles mangent avant, ou on mange à 3 et JBL nous rejoint…
    En fait elles étaient crevées et rien ne se passait bien, du coup on mangeait ensemble le week end et déjà ca avait tendance à reposer un peu tout le monde pour la course folle du lundi vendredi.
    M a toujours dévoré tous les légumes, avec L, c’est la guerre… j’en pouvais plus des menaces, des cris et des punitions.
    Ma solution ? Je laisse courir. Tu manges pas ? Tant pis tu sors de table. Je ne prive pas de dessert mais j’en donne un bien pourri (fromage blanc sans sucre) tandis que la grande sœur se fait le yaourt au fruit. On prend sur nous car ça veut dire qu’elle se réveille un chouïa plus tôt le lendemain (et c’est chiant !)
    Ça commence à marcher : on doit toujours un peu la forcer / motiver maintenant mais c’est quand même plus simple. Et elle mange presque tous les légumes.
    Par contre elles mangent toutes les deux comme des cochons et y en a partout sur la table qui se nettoie d’un coup d’éponge. J’ai enlevé le coussin de la chaise haute et une de mes copines a même mis une toile cirée par terre.
    Si tu n’arrives pas à lâcher prise, deux gin tonic cul sec avant le repas ça devrait aider 😬
    Courage c’est comme tout : ça finit par passer !

    J'aime

    1. A la lecture de ton commentaire, je me rend compte que le problème vient vraiment de moi, elle mange de tout, raison pour laquelle on ne comprend pas pourquoi elle recrache subitement ou balance tout par terre. je vais essayer le verre de vin avant le repas et arrêter les apéros au coca light !
      merci pour tes conseils en tout cas !

      J'aime

      1. Que le problème vienne de toi c’est peut être un peu fort 😉 mais qu’elle cherche à attirer ton attention en faisant l’andouille sans doute un peu !

        Aimé par 1 personne

  3. Bonjour… nouvelle lectrice de ton blog… je commence par cet article…
    Je pense (sans juger quoi que ce soit) que la fatigue y est pour beaucoup dans son comportement. Explique lui que toi, vous aussi êtes fatigués, que la journée a été longue pour tous et qu’il est important que vous puissiez vous détendre un peu autour d’un repas… que vous aimez ce moment avec elle mais que si elle persiste dans sa manière de faire vous serez obligés de la faire diner avant vous, toute seule… ce serait dommage…
    Allez, courage… on passe tous (même si pour moi c’est bien loin tout ça) par des cases moins faciles à gérer… mais ça rentre dans l’ordre… et fini par faire des (bons ou moins bons) souvenirs.
    A bientôt.

    J'aime

  4. 20h15? Quel âge a ta fille? Parce que ça me semble terriblement tard pour un enfant. Je ne te jette pas la pierre, oh que non. J’imagine que si tu pouvais être chez toi plus tôt, tu le ferais (ou son père).
    Mais, parce qu’il y a des choses contre lesquelles on ne peut rien, peut-être vaudrait-il mieux qu’elle ait mangé plus tôt. Je crois que 20h15 est davantage l’heure à laquelle elle devrait se coucher.
    L’important est de ne pas culpabiliser et de laisser couler. Je ne crois pas aux caprices, je crois à la fatigue, au manque d’attention, à la quadrature du cercle impossible à résoudre quand il faut être wonderwoman. Tu rentres à 19h45. La personne qui a gardé ta fille ne peut-elle pas lui avoir déjà donné à manger? Je sais, tu voudrais partager ce moment avec elle mais visiblement, elle n’est plus « en état » de vivre correctement ce partage. Avant, cela devait fonctionner car elle dormait davantage dans la journée. Aujourd’hui, son rythme n’est sans doute plus le même. Est-elle aussi « insupportable » lors des repas du dimanche midi?
    Le problème ne vient pas de « toi »? Quelle horreur! Pourquoi ne viendrait-il pas de ton mari qui lui rentre toujours après toi? De ta fille qui est sans doute aussi très fatiguée? Non, le problème vient d’une organisation qui a ses défauts et qui vous est imposée et avec laquelle il faut composer.
    Bon courage!

    J'aime

    1. Bonjour, merci pour ton commentaire. Malheureusement, le problème est le même le WE, ou lorsque nous rentrons plus tôt le soir… Lorsqu’elle ne mange pas avec nous c’est pire, elle refuse de manger. il nous a semblé important de maintenir ce moment en famille ou à deux puisque mon mari n’est pas toujours là…mais effectivement cette organisation est peut-être à repenser…

      J'aime

Ne partez pas sans me donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s