Etre débordée, c’est tendance

A la question « comment vas-tu ? », personne ne vous répondra quelque chose comme « Oh, moi ça va c’est tranquille en ce moment, je prends le temps de vivre, je ne me presse pas. C’est vraiment une période cool. Je ne fais pas grand-chose à part profiter de la vie. »

La réponse sera plutôt : « Moi ? Je suis au bout de ma vie, complètement charrette. Je ne sais pas comment je vais m’en sortir, je ne m’arrête jamais. Mon boulot me rend folle, les enfants aussi, c’est bien simple, je n’arrête pas de courir, je n’ai pas 5 minutes à moi. »

Alors bien, sur, il y a toujours des périodes pendant lesquelles nous sommes réellement débordées, et certains/ certaines comme les parents de grandes fratries peinent à se dégager du temps libre.

 

Mais avouons également que nous aimons un peu nous complaire dans le mythe de la fille/ du mec débordé. Etre débordé est socialement valorisé et permet de montrer à tous combien notre vie est importante et combien les autres ont besoin de nous. Combien nos chefs, nos clients, nos amis notre famille comptent sur nous. En un mot, que nous sommes  indispensable.

Prendre le temps de rien faire est souvent assimilé à de la paresse ou de la feignantise. Pourtant nous sommes les premiers à valoriser l’ennui pour nos enfants. A dire que ne rien faire développe l’imagination et permet aux enfants de laisser libre cours à leur créativité.

 

Pour les adultes, il s’agit d’un péché capital. Tout ce qui n’est pas productif dérange. Rêver ne sert à rien. Se reposer ? Pour quoi faire ? Nous nous devons d’occuper chaque moment de la semaine. Et profiter du week-end pour sortir, voir du monde, visiter telle expo, tester un nouveau restaurant. Faire du sport, ranger la maison de fond en comble afin de pouvoir raconter son passionnant et productif week-end par le menu, le lundi venu. Et gare à ceux qui oseraient se détendre. Ils ne sont pas dignes d’intérêt.

 

Moi ce Week-end, je n’ai rien fait. Quatre jours à glander. A se satisfaire d’aller sur le  marché, lire deux-trois bouquins affalée sur le canapé, faire la sieste. Regarder jouer ma fille, sans me sentir obligée de me transformer en compagne de jeu. Cuisiner au minimum. Laisser mon mec faire la vaisselle.

Et quand on me demandera « Qu’as-tu fait de ces quatre jours ? », la réponse sera «  pas grand-chose ».

Et c’est très bien comme ça.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Etre débordée, c’est tendance »

Ne partez pas sans me donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s